vente de cd sur internet et grandes surfaces








Souviens-toi, au moment du débat sur la « licence globale » pour un téléchargement légal des oeuvres, souviens-toi de Denis Olivennes, le PDG de la Fnac, argumentant « parmi les 200 000 références (proposées par son enseigne), 90 % vendent moins de 50 disques par an. Elles vont disparaître s'il n'y a pas de rémuné-ration des artistes. Seules les références anglo-saxonnes vont survivre. Si la licence globale se développe, les disquaires dispa-raîtront aussi. La France était à l'avant-garde de la protection de la création culturelle, désormais elle est à l'arrière-garde. »
Combien touche un artiste vendant moins de 50 CD par an à sa Fnac ? En vendant des albums sur son site, sans intermédiaire, l’artiste peut aisément dépasser ces rentrées financières. Pourquoi cette peur du bâton des installés ? Que peuvent-ils vraiment contre nous ? Ne pas nous référencer ? Signaler nos noms à des subventionneurs pour une liste noire ?
Quand les artistes vont-ils enfin comprendre qu’ils peuvent se passer de ces enseignes et exister dignement !?

le site du commerce équitable des cd, vente de la musique direct : vente musique cdequitables.com.
page suivante : Michel Onfray philisophe européen


ACCUEIL Courriels
Le CONTACT par Courriel de Courriels.info
Commentaires ouverts le 25 mai 2015 :

votre commentaire